AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 
visions of gideon ✜ ft. dylan castillo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
Human
avatar


Faceclaim : ewan mcgregor
Crédit : bat'phanie (signa) & crack (ava)
Messages : 49
Occupation : prêtre/comptable du sancti

MessageSujet: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Ven 6 Juil - 15:12


 


visions of gideon

Francis se penche vers l’ouverture du petit réfrigérateur et constate que ses choix sont limités. Il ne sait pas à quoi il s’attendait, il boit du thé, du café et de l’eau, presque sans exception. Un petit verre de vin, pour les occasions, qui sont assez rares. La main toujours sur la poignée de la porte, il propose: « Would you care for some water ? » Cette offre est dirigée vers la silhouette élancée assise sur le canapé qui trône au milieu de la pièce centrale de l’étage lui servant de résidence dans le presbytère. Sans attendre  la réponse de son invité, il verse de l’eau froide dans une petite carafe translucide, si jamais Dylan n’a pas soif, il la boira seule, c’est tout. Il se dirige vers le canapé, sa carafe dans une main et deux verres dans l’autre et dépose le tout sur la petite table à café entre le canapé et la télévision.

La décoration de l’endroit est simple, même fade: pas de cadre sur les murs, deux bibliothèques, une petite table en bois accompagnée de deux chaises derrière le canapé deux places couleur taupe. La porte de la petite pièce faisant office de chambre à coucher est fermée, mais on devine que la décoration y est aussi austère. La salle de bain, elle aussi assez menue, est propre mais tout aussi sans personnalité. Comme son espace de vie n’est pas des plus grand, il préfère éviter de s’entasser dans toutes sortes de choses inutiles. De plus, il n’a jamais été le plus grand fan de décoration. Les deux seuls éléments moins épurées sont ses bibliothèques qui  semblent pouvoir s’effondrer sous le poids de leur contenu d’une minute à l’autre. Il se penche devant celle contenant des films et d’autres dvds, à côté du téléviseur, cherchant un boîtier en particulier en sifflotant.

Il y a une raison pour la présence de Dylan à sa résidence et cela a tout à faire avec son cheminement personnel. Au fil des dernières semaines, ils se sont entretenus de divers sujets, ses lectures, d’autres questionnements et parfois de la pluie et du beau temps. Il est clair qu’ils apprécient tous deux ces conversations. Le prêtre a remarqué à quel point le jeune Nephilim a pris en confiance depuis le dernier mois, n’ayant plus peur de venir lui adresser la parole, ne se butant plus autant dans ses mots, et cette évolution est certainement belle à voir. Il ne se rappelle plus trop comment la conversation en est venue au sujet des volcans, peut-être que cela devait avoir rapport avec le Seigneur des anneaux, mais, Dylan a avoué ne pas savoir comment les volcans fonctionnaient. Francis était resté bouche bée. Il ne s’attendait pas à ce que le jeune homme maîtrise la théorie de l’évolution ou … L’histoire du socialisme ? Mais les volcans, c’était quelque chose qu’on apprenait au primaire, qu’est-ce qu’on lui avait montré à la place ? Outré, il a déclaré en faire de son devoir de parfaire aux trous dans son éducation défaillante. Et il avait justement tout ce qu’il fallait pour cela, quelque part dans sa bibliothèque de dvds, ce pourquoi il l’a invité à faire un petit tour à sa résidence un après-midi où il ne travaille pas.

Son doigt levé parcourt les boîtiers, Planet Earth, Planet Earth 2, Blue Planet, Human Planet… Clairement il est un fan avide des documentaires de la BBC. Il n’écoute pas vraiment la télé, n’ayant pas le câble, ce pourquoi le meuble est plein à craquer. Il émet une courte exclamation satisfaite en trouvant ce qu’il cherchait et se redresse, le dvd en main. Il le montre à Dylan derrière lui, le boitier bleu et noir exhibant le titre: Earth: The Power of the Planet. Voilà qui est parfait, un épisode au complet traitant justement des volcans. « Prepare to be amazed », avertit-il avec un grand sourire, probablement plus enthousiaste que Dylan d’écouter la série. Il s’accroupit de nouveau, tentant que le grognement que lui tire le mouvement passe le plus inaperçu possible, et insère le disque dans le lecteur sous le téléviseur. Sentant ses genoux plus raides qu’il ne l’aurait espéré en se redressant, il va s’asseoir sur l’autre coussin du divan. Il n’y aurait pas assez de place pour une troisième personne entre eux, mais assez pour ne pas devoir s’asseoir côte à côte. Il est bien au courant que, venant de quelqu’un d’autre, cette invitation puisse avoir l’air louche, mais il espère que Dylan ne le prend pas ainsi. Une autre raison pour laquelle Francis laisse son lieu de résidence si neutre, il espère que les habitants du Sancti ne se sentent pas à l’aise de venir cogner à sa porte lorsqu’il y est. Ce n’est jamais arrivé encore, mais le grand Nephilim aux cheveux longs est un peu son premier essai. Si cela le rend trop mal à l’aise, au moins il le saurait pour le futur. Le menu du dvd s’affiche à l’écran et il se saisit de la télécommande pour aller choisir l’épisode qui les intéresse.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________
take this longing
many men have loved the bells. you fastened to the rein, and everyone who wanted you, they found what they will always want again. your beauty lost to you yourself, just as it was lost to them  ▬ whatever useless things these hands have done. let me see your beauty broken down, like you would do for one you love.
Voir le profil de l'utilisateur
Angel
avatar


Faceclaim : alexander ferrario
Messages : 28
Occupation : fugueur/sans emploi

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Lun 9 Juil - 18:11

Assis sur le divan, plié en deux pour tirer sur le col de ses chaussettes, Dylan jette des regards rapides autour de lui. Il ne peut s’empêcher d’observer et analyser l’espace de vie de Père Whitaker : il mentirait s’il disait qu’il n’était pas curieux, en quête d’une trace d’individualité que seul les chanceux ayant pénétré dans les appartements du presbytère peuvent connaître. Jusqu’à présent, il est plutôt déçu.

Le logement ressemble beaucoup aux quelques presbytères qu’il a visité dans son enfance. Minimaliste, impersonnel. Beige. Les bibliothèques sont le seul élément attirant vraiment l’attention de Dylan, mais il n’ose se lever pour aller les observer de plus près, de peur que ce ne soit un faux pas et qu’il lui semble impoli.

Il essuis ses mains moites sur ses jeans, essayant de lire un titre de loin, lorsque le prêtre lui pose une question.

« Huh? » Dylan tourne la tête vers la cuisine, puis hoche la tête. « Oh, yes. Thank you. » Il n’a pas vraiment soif, mais il ne va pas refuser quelque chose à tenir dans ses mains pour éviter des simagrées nerveuses. Il est légèrement tendu, déjà. C’est la première fois, depuis longtemps, qu’il reçoit une invitation directement et il a été totalement pris par surprise.

Il était un peu embarrassé lorsque Père Whitaker s’était mis à lui poser des questions sur ses connaissances scientifiques pendant leur conversation sur Lord of the Ring – il est conscient qu’il y a des lacunes dans son éducation, des trous laissés par ses absences répétées et la vision de la communauté sur certains sujets – mais certainement choqué lorsqu’il lui a offert de venir visionner des documentaires chez lui. Tant, en fait, qu’il est resté de longues secondes silencieux avant d’annoncé son accord un peu trop fort.

Il a même hésiter sur son accoutrement, avant de partir ; il s’était d’abord vêtu comme à son habitude, d’une chemise propre, comme lors des rencontres formelles dont il avait l’habitude avec sa mère et Père Williams, mais il a changé d’idée en mettant la main sur la porte. Il a troqué son pantalon de toile pour un jean et sa chemise pour un t-shirt à rayures bleu et blanche. La chaleur qui l’a enveloppé à la sortie de la résidence lui a confirmé son bon choix. Il a noué ses cheveux en chignon avant de prendre le chemin de l’église.

Et le voilà sur le sofa du prêtre, assis trop droit, laissant échapper un petit rire lorsque Père Whitaker lui lance « Prepare to be amazed ». Dylan sourit, tenant inconsciemment son épaule. « I’m bracing myself, » confirme-t-il. Dernièrement, il essais de se montrer pleins d’esprit, tentant de répondre aux commentaires de Père Whitaker avec un peu d’humour. Il n’est pas très habile. Mais il essaie.

Alors que le prêtre prépare le DVD, Dylan laisse sa main glissée de son épaule sur son bras, observant le dos de l’homme. Depuis leur première discussion, le jeune homme ressent une affection diffuse pour Père Whitaker, comme un bourdonnement dans son torse qui s’intensifie à sa vue. Le genre de sentiment qui le prend lorsqu’il admire une personne et souhaite créer un lien avec elle, mais il ignore comment communiquer ce désir… particulièrement envers un prêtre qui ne fait probablement que son travail. En toute honnêteté, il est plus excité par l'invitation de Père Whitaker que par l'activité offerte.

Soudainement conscient qu’il fixe l’autre, il détourne le regard, venant prendre rapidement la carafe d’eau pour verser les deux verres, tentant d’être utile et poli. Il dépose la carafe alors que le prêtre s’assoit à côté de lui et il prend son verre à deux mains avant de poser ses bras sur ses cuisses. Il s’éclaircit la gorge, regardant le menu du DVD affiché à l’écran.

« So… there’s a whole episode about volcanoes? » Il jette un coup d’œil rapide au prêtre avant de ramener son attention sur l’écran. « What’s the rest of the show about? »  Il a vu quelques titres passé, mais Père Whitaker a été efficace dans sa sélection et les mots ont disparu trop vite pour lui.
Voir le profil de l'utilisateur
Human
avatar


Faceclaim : ewan mcgregor
Crédit : bat'phanie (signa) & crack (ava)
Messages : 49
Occupation : prêtre/comptable du sancti

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Jeu 12 Juil - 12:44


 


visions of gideon

Francis a certainement remarqué que, ces derniers temps, Dylan est assez sorti de sa coquille pour entreprendre un peu d’humour lors de leurs conversations. Oui, bon, le Nephilim n’est toujours pas un exemple parfait d’extroversion et ne l’aborde pas en lui contant la dernière blague qu’il a entendu, mais l’évolution est fulgurante et, franchement, lui fait chaud au coeur. Lorsque ce dernier lui répond d’une telle manière lorsqu’il lui demande de se préparer à être ébloui, il l’encourage par une rire discret, le genre de rire plus conversationnel qu’hilare, mais tout de même.

Alors qu’il appuie sur le bouton de la télécommande et que l’épisode se met en branle, Dylan pose une question sur ce qu’ils sont sur le point d’écouter. Le prêtre s’empresse de mettre l’épisode sur pause pour ne pas en manquer une seconde. Il n’est pas irrité d’être ainsi interrompu, il est vrai qu’il n’a fourni que très peu de détails à propos de la série, mise à part que celle-ci allait pallier au manque de connaissances du jeune homme à propos des volcans. Francis dépose sa télécommande et se retourne légèrement vers son invité pour lui répondre: « That’s right ! » Il se lève légèrement pour reprendre la boîtier du dvd et le tendre à Dylan. Il continue alors sa mise en contexte du tout début: « So, the BBC, they produce the best documentaries, really. And, this series is about the forces of nature and how they formed Earth as we know it today. The first one is about volcanoes, there’s one about the ocean, the atmosphere, the glaciers... » Il récite la liste des sujets sans regarder le boitier, les connaissant clairement par coeur. Sur une lancée loin d’être terminée, il enchaîne: « It’s a little older than some, but the images are still breathtaking, like always. » Il s’arrête et remarque le verre d’eau sur la table à café. Il hausse les sourcils et s’en saisit. « Oh, thank you », souffle-t-il d’un ton plus posé, comme sorti de sa transe. Il a été peut-être un peu trop intense pour l’occasion. Il prend une gorgée d’eau.

Il ne fait pas particulièrement frais dans la résidence de Francis. Peut-être que le rez-de-chaussée est mieux aéré, mais l’isolation défaillante du deuxième étage le laisse la chaleur humide de l’été entrer. Il n’a pas encore décidé de se procurer un air climatisé. Ses souvenirs de jeunesse toujours passée dans des endroits climatisés l’a laissé quelque peu frileux, le jeu de mot est intentionnel, de ce genre de technologie. Il n’est néanmoins pas des plus à l’aise avec sa chemise, pourtant faite d’un tissu léger, bien qu’il ait omis son col romain en cette journée de congé. Après cette gorgée d’eau bien attendue, il passe la main sur ses cheveux, constatant qu’ils sont toujours en place malgré l’humidité et avoue avec un sourire plus timide: « Got a bit carried away there... » Il est désormais très clair que son aura de prêtre cool n’a pas su tenir au fil des conversations et des suggestions échangées avec Dylan. Il ne sait pas non plus d’où lui vient cette obsession de ne pas avoir l’air d’un vieux ringard, ce qu’il est très probablement aux yeux de n’importe qui de moins de 30 ans, par définition. Dylan ne vient pas lui demander conseil parce qu’il le trouve cool ou dans le vent, certainement. C’est encore une histoire de vanité mal placée… Jamais auparavant, il n’avait remarqué cette vanité qu’il entretenait. Peut-être devrait-il consulter avec un collègue ? Il se ravise, ce n’est rien de bien sérieux, il est sûr qu’il n’est pas le seul à se laisser aller, pendant une fraction de seconde à ce genre d’émotion négative, il n’y a pas de quoi en faire un plat. Il n’est qu’un humain après tout. Il dirige de nouveau son attention vers la télévision, s’apprêtant à reprendre la télécommande.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________
take this longing
many men have loved the bells. you fastened to the rein, and everyone who wanted you, they found what they will always want again. your beauty lost to you yourself, just as it was lost to them  ▬ whatever useless things these hands have done. let me see your beauty broken down, like you would do for one you love.
Voir le profil de l'utilisateur
Angel
avatar


Faceclaim : alexander ferrario
Messages : 28
Occupation : fugueur/sans emploi

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Lun 16 Juil - 12:03

En posant sa question, le jeune homme ne pensais pas qu’une réponse allait nécessiter une mise en pause de l’épisode et une explication approfondie. Mais Père Whitaker était lancé et, prenant le coffret du DVD, se mit à lui raconter la génèse du média qu’ils observent.

Alors que Dylan regarde le coffret, le retournant pour en survoler le synopsis, le prêtre montre l’étendu de sa connaissance en lui citant tous les épisodes de la série par cœur. Dylan cligne des yeux et lui jette un regard, visiblement surpris par une si bonne mémoire. Il sourit en posant le coffret sur la table de salon, avant de remettre sa main autour de son verre.

« It’s a little older than some, but the images are still breathtaking, like always. »

« Its okay. I’ve probably seen older. » Dylan ne peut s’empêcher de vouloir rassurer ses interlocuteurs, essayant toujours de les mettre à l’aise. Depuis son arrivée, d’ailleurs, il laisse son esprit capter les pensés des personnes à proximité, vaguement ; simplement pour avoir une idée générale de l’attitude à adopter sans réellement tirer l’information de l’esprit de Père Whitaker.

Le prêtre prend le verre d’eau que Dylan a versé en le remerciant. Le jeune homme hoche simplement la tête, silencieux. S’il y a une chose qui a toujours été exigée de lui, c’est qu’il soit serviable. Un bon chrétien qui prend soin des gens, offrant boissons, nourriture, tenant les portes et prenant les manteaux… ou, du moins, il devait l’être envers sa mère, Père Williams et leurs amis. S’il était trop serviable envers un fidèle, quelqu’un qui vient les voir avant ou après leurs représentations, sa mère lui serrait l’épaule ou le bras avec ce sourire pincé qui indique qu’il devait arrêter. Il a toujours été mal à l’aise vis-à-vis la distinction que sa mère faisait entre lui et les autres.

Le prêtre pose son verre. « Got a bit carried away there... » Dylan sent les pensées de l’homme dégringolées vers un amalgame embarrassé et il se tourne vers lui, bouche ouverte pour essayer de le mettre à l’aise de nouveau. Il bredouille un peu, tant il s’empresse de parler.

« No, its alright! You make it sound interesting. » Il sourit, un peu plus qu’à l’habitude, puis tourne la tête vers la télévision. « Let’s watch it, I’m really curious now.» Il trace des cercles dans la condensation sur son verre d’eau du bout de ses pouces, silencieux et un peu nerveux. Il a dit cela plus pour maintenir l’humeur de Père Whitaker, mais alors que l’épisode défile, il devient réellement intrigué, concentré sur les images et la narration, les pensées ténues des autres se taisant doucement.

Dylan est maintenant plus écrasé dans le dossier du divan, moins rigide, lèvres légèrement entrouvertes alors qu’il observe des images de nuages noirs sous l’eau, comme des cheminées dans la mer. « Hold on, » Dylan se redresse un peu, jetant un regard à Père Whitaker, « so, there’s volcanoes underwater too. » Il fronce les sourcils, réfléchissant. « Can they also… erupt? Or, wait- » Il lève une main, mimant le mouvement, « how come the water doesn’t go in and… cool it? Isn’t water at the bottom of the ocean denser and cooler? »

Il se souvient vaguement avoir entendu parler de cela, mais il ne sait plus trop où… ou si c’était vrai. Il laisse sa main retomber et tourne la tête vers le prêtre.
Voir le profil de l'utilisateur
Human
avatar


Faceclaim : ewan mcgregor
Crédit : bat'phanie (signa) & crack (ava)
Messages : 49
Occupation : prêtre/comptable du sancti

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Jeu 19 Juil - 11:05


 


visions of gideon

Dylan le rassure aussitôt, à la seconde près, sur son envolée passionnée sur les films de la BBC, affirmant qu’il trouvait le tout intéressant. Francis ne sait pas s’il dit la vérité ou s’il veut simplement lui faire plaisir. Si on peut dire une chose du jeune homme, c’est qu’il n’est pas des plus confrontationnels. Néanmoins, son discours a bien l’air d’avoir éveillé un intérêt pour le documentaire chez le Nephilim. Sans plus attendre, il appuie de nouveau sur le bouton de la télécommande pour remettre le film en marche. Il a si souvent regardé ces films qu’il sait déjà d’avance l’ordre des scènes. Il lui arrive de faire jouer ces films en faisant autre chose, des mots croisés ou ses comptes personnels, question de ne pas rester dans un silence total mais sans être trop déconcentré. N’ayant rien à apprendre, il se permet de regarder Dylan du coin de l’oeil. Le jeune homme semble complètement captivé par le documentaire, la bouche légèrement entrouverte. Francis se dit que c’est beau à voir, il a certainement bien choisi le documentaire pour stimuler sa curiosité quant aux sciences naturelles. Il remarque aussi que, transi par les images spectaculaires, Dylan laisse un peu tomber sa rigidité nerveuse semblable à celle de quelqu’un qui passe une entrevue pour un job. C’est bien le signe qu’il a fait quelque chose de bien quelque part dans cette histoire.

Il ramène son attention vers l’écran, mais le Nephilim l’interpelle aussitôt. Le fixait-il ? Dylan avait-il remarqué? Le prêtre tourne la tête vers le jeune homme, haussant les sourcils, comme si on le tirait de son écoute intense de l’épisode. Dylan exprime alors une certaine confusion quant aux volcans sous-marins. Francis est tout de même surpris de ce qu’il entend. Certes, son éducation comporte des lacunes, mais le raisonnement est là. Ce qu’il affirme à propos de l’eau des fonds marins n’est pas faux non plus. Ce garçon n’est pas bête du tout. Il sourit. « You’re right, in the depths, the temperature and the pressure of the water cool down the lava way faster than other volcanoes on the surface. It forms what they call “Lava Pillows”. But if the volcano is in shallow waters, its eruption can go above the surface before being cooled down. I guess it depends on the volcano and its location. », explique-t-il du mieux de sa compréhension des volcan sous-marin. Il n’est certainement pas géologue de formation et son explication comporte probablement des simplifications ou même des faussetés, mais à moins que Dylan ait un examen de volcanologie avancée dans les prochaines semaines, cette réponse devrait suffire.

Sa curiosité est piquée, pas nécessairement par le fonctionnement des volcans, mais par le parcours du jeune homme. Il s’est gardé de poser des questions ou de farfouiller dans les dossiers, mais se dit qu’il pourrait s’informer, question de savoir comment le guider de la meilleure façon qui soit. « They never made you watch one of those at school ? », demande-t-il sans moquerie. Ce genre de film est pourtant une bénédiction pour les professeurs, assez tape à l’oeil pour garder la concentration des jeunes, mais assez éducatifs pour être utilisé dans un cours. Les films qu’il a vu en classe, dans son temps, n’avait rien des chef d’oeuvres de la BBC, mais il se rappelle en avoir vu plusieurs, notamment celui qui mettaient en scène des balles de ping-pong pour représenter des atomes ou des électrons. Tout le monde était ravi de pouvoir apprendre en regardant la télé plutôt qu’en écoutant le professeur, il ne peut s’expliquer pourquoi, mais c’est ainsi. Il pose la question en se demandant si les trous notoires dans les apprentissages du jeune homme sont dû à l’établissement qu’il a fréquenté ou à des facteurs plus individuels. Il sent ce lien de confiance entre eux, mais Dylan parle très peu de lui, déjà qu’il ne parle pas des tonnes. Il ne sait pas d’où il vient, ce qui l’a amené au Sancti, de New York en plus. Il ne peut s’empêcher de se demander d’où lui vient cette docilité presque maladive. Que lui avait-on fait là-bas ? Peut-être Dylan ne voudrait pas en parler. Mais une fois que sa curiosité est piquée, elle est tenace, implacable même. Il est rare qu’il ne finisse pas par apprendre ce qu’il veut, même s’il lui est arrivé de le regretter sévèrement. Il sent l’humidité de l’appartement l’accabler de nouveau. Il prend une gorgée d’eau, mais rien n’y fait.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________
take this longing
many men have loved the bells. you fastened to the rein, and everyone who wanted you, they found what they will always want again. your beauty lost to you yourself, just as it was lost to them  ▬ whatever useless things these hands have done. let me see your beauty broken down, like you would do for one you love.
Voir le profil de l'utilisateur
Angel
avatar


Faceclaim : alexander ferrario
Messages : 28
Occupation : fugueur/sans emploi

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Mer 25 Juil - 15:35

Qu’il soit pris par surprise ou non est difficile à dire : le prêtre répond aussitôt à la question impromptue de Dylan, le plus naturellement du monde. Le jeune homme l’écoute attentivement, hochant la tête imperceptiblement en signe de compréhension. Ça fait du sens. Un sourire étire lentement ses lèvres. Il adore le terme « lava pillows », maintenant. Ça sonne adorable et confortable. Mais il ne va pas dire cela à voix haute : pourquoi avoir l’air stupide maintenant qu’il a fait bonne impression?

« That’s… fascinating. » Il a presque dit « cool », mais s’est retenu à la dernière minute. « Speak like an adult, » lui disait souvent sa mère lorsqu’il utilisait ce genre d’expression. Il lève son verre. « Thank you, » dit-il doucement, avant de prendre une longue gorgée. Il ne s’était pas vraiment aperçu de la chaleur de l’endroit, tant il était concentré dans l’épisode, mais maintenant qu’il a détourné son attention quelques secondes il s’aperçoit de l’humidité. Son t-shirt était une bonne idée, mais ses jeans collent à sa peau. Il repose son verre sur ses jambes, le tenant toujours à deux mains.

« They never made you watch one of those at school ? »

Dylan ramène son attention sur Père Whitaker. Il ouvre la bouche, son regard glissant d’un côté à l’autre en quête d’un souvenir. N’en trouvant pas, il secoue lentement la tête. « No, » dit-il, penchant la tête de côté. « Well, we did watch some, uh… movies and documentaries but… they were very old.» Il reste silencieux, quelques secondes. Il se souvient des vieilles télévisions cathodiques en classe, des VHS que les professeurs sortaient de leur bureau. C’était étrange, considérant que les ordinateurs de l’école étaient très récents. Peut-être était-ce le budget? Il hoche la tête avec un petit rire. « Yeah, very very old. They weren’t very interesting.» Il se gratte la nuque et soupire, soudain pris d’un doute. Il hausse les épaules. « I reckon they might have shown it in class when I wasn’t there, I… I don’t know.» Il jette un regard rapide au prêtre avant de ramener son regard sur son verre. « I missed a lot of classes. »

Il trace des cercles du bout des doigts sur on verre, maintenant complètement clair, la condensation disparue, puis cligne des yeux avant de redresser rapidement la tête. « Oh, but, not because I skipped it! » Il serait mortifié que Père Whitaker croit qu’il manquait les cours volontairement, comme un délinquant. Il était un bon étudiant! Il aimait beaucoup l’école. Et il était terrifié d’être envoyé dans le bureau du directeur s’il faisait quoi que ce soit de mal.

Il s’éclaircit la gorge, ramenant son attention à l’écran, maintenant embarrassé d’avoir soudainement monté le ton. Il sent ses pommettes devenir chaudes, probablement rougis maintenant.
Voir le profil de l'utilisateur
Human
avatar


Faceclaim : ewan mcgregor
Crédit : bat'phanie (signa) & crack (ava)
Messages : 49
Occupation : prêtre/comptable du sancti

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Mar 31 Juil - 14:29


 


visions of gideon

Francis a posé la question a s’attendant déjà à recevoir une réponse négative. Il n’est donc pas surpris lorsque Dylan lui avoue qu’il n’avait rien vu de tel en classe. Le prêtre sait qu’il a tendance à poser un regard élitiste sur les établissements d’éducation des États-Unis. Il sait que cela ne peut être sans lien avec son parcours scolaire juché d’instituts huppés allant jusqu’à la Ivy League. Parfois ces préjugés sont empreints de bonnes intentions, il comprend que certaines écoles font ce qu’elles peuvent avec les miettes que les gouvernements d’État leur laisse, mais il ne peut s’empêcher de penser que c’est dommage pour les élèves, peu importe les intentions. Il a cette idée préconçue que c’est le cas de l’école où est allé Dylan et ce qu’il lui répond renforce cette image qu’il a de certains États du Sud. Lorsque le Nephilim affirme que les films qu’on leur montrait étaient très vieux, le Père Whitaker a tout de suite en tête l’image du très vieux film en noir et blancs ou deux dinosaures totalement anatomiquement incorrects se battent sauvagement. Ce n’est probablement pas ce que Dylan a vu en classe à bien y penser. Peu de dinosaures ont dûs être impliqués dans son parcours scolaire.

Dylan renchérit alors, comme s’étant souvenu d’un film qu’il avait trouvé particulièrement ennuyant à l’époque. Mais cette pensée semble rapidement remplacée par une autre, du moins, sur son visage. Le jeune homme lui avoue alors qu’il a pu manquer certains films car il a été absent de nombreuses fois. Francis hausse les sourcils, il penchait plus vers l’hypothèse que l’école était responsable des trous dans les connaissances de ce dernier, mais la situation est plus complexe qu’il ne l’aurait cru. Devant sa réaction ambiguë, Dylan est pris d’une petite panique, se justifiant tout de suite de ne pas avoir manqué des cours pour faire l’école buissonnière. Cette idée ne lui était pas venue à l’esprit avant que le jeune homme lui en fasse part. Il sourit et se permet un rire qui ressemble plus à un soupir. « It’s alright, I’m sure you had your reasons », le rassure-t-il en levant une main pour lui indiquer qu’il peut arrêter de s’inquiéter de son opinion. Il ne recommanderait à personne de manquer des cours de son propre chef sans raison, mais il ne juge pas non plus quelqu’un sur ce point précis. Le prêtre se dit souvent que si on est rendu au point de ne plus vouloir aller à ces cours, il y a une cause quelque part. Enfin, il ne voit pas vraiment Dylan dans ce genre de profil. Pour le rassurer davantage, il ajoute: « I know you’re not the kind to play hooky ». Sa main levée se pose alors sur son épaule, rapidement, le temps de la tapoter amicalement. Il la ramène à son verre encore frais de condensation. Il n’a pas manqué de remarquer la rougeur qui a envahi le visage du jeune homme, signe que l’idée qu’il pense qu’il soit un délinquant l’avait gêné à ce point. Le pense-t-il si sévère encore ? Francis jette un coup du coin de l’oeil vers l’écran et sait tout de suite où ils en sont dans l’épisode, malgré cette courte incartade.

Il est désormais bien curieux de savoir ce qui avait empêché Dylan d’assister à ses cours. Le travail ? Des problèmes familiaux ? La maladie peut-être ? Peut-être est-ce une sujet trop sensible pour qu’il en fasse part ainsi devant un documentaire sur les volcans. Francis a tout de même bien envie de savoir, il a l’impression qu’il s’agit d’une pièce importante du puzzle, qui lui permettrait de mieux le comprendre. Il saurait tôt ou tard si Dylan lui fait assez confiance, nul besoin de le presser. Le jeune homme a déjà l’air de se sentir à l’examen, il ne va pas en rajouter. Il se cale dans le dossier du canapé.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________
take this longing
many men have loved the bells. you fastened to the rein, and everyone who wanted you, they found what they will always want again. your beauty lost to you yourself, just as it was lost to them  ▬ whatever useless things these hands have done. let me see your beauty broken down, like you would do for one you love.
Voir le profil de l'utilisateur
Angel
avatar


Faceclaim : alexander ferrario
Messages : 28
Occupation : fugueur/sans emploi

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Jeu 2 Aoû - 19:59

Embarrassé suite à sa réaction exagérée – il se serait bien foutu que quelqu’un le croit du genre à faire l’école buissonnière, mais il ne voulait pas que Père Whitaker ait cette impression de lui – Dylan regardait son verre et l’écran du téléviseur, par en-dessous. Toutefois, le prêtre le rassure aussitôt, lui assurant qu’il ne le juge pas sur ce point.

« I know you’re not the kind to play hooky, » rajoute-t-il, posant une main sur son épaule. Oh. Le geste est amicale, réconfortant et, bien qu’il soit bref, Dylan sent la chaleur monter à son visage et un sourire étirer ses lèvres. Cela faisait bien longtemps qu’on ne l’avait pas complimenté – était-ce un compliment? Il le prend comme tel. Il n’est pas habitué à ce qu’on le croit capable de décisions et de virtues sans avis extérieurs. Avec sa mère, très assurément que ce genre de mention aurait été suivit d’un avertissement moralisateur, mais Père Whitaker reste silencieux, ramenant sa main à lui. Il lui jette un coup d’œil de côté, simplement pour se rassurer qu’il ne semble pas vouloir rajouter quelque chose, puis ramène son attention sur l’épisode.

Il entend vaguement les pensées du prêtre. Sa curiosité est palpable même si Dylan ne veut pas l’écouter de plus près. Il écoute le reste de l’épisode en silence, se mordillant l’intérieur de la lèvre. Il a beaucoup pensé à la maison, depuis sa première vraie discussion avec Père Whitaker. Il a beaucoup pensé à sa mère. Et inévitablement à Père Williams. C’est difficile pour lui de savoir ce qu’il ressent par rapport à la maison… mais il a quelques idées dont il voudrait discuter. Il n’avait pas vraiment envie d’en parler à l’église, mais maintenant…

L’épisode se termine, les crédits défilent et Dylan se penche vers l’avant pour poser son verre sur la table basse, délicatement. Il se redresse, essuis ses mains sur ses jeans en mettant ses pensées en ordre. Il s’éclaircit la gorge et commence en regardant ses mains.

« Can we talk? Before watching another episode? »

Il regarde Père Whitaker dans les yeux, attendant une réponse, puis hoche la tête, inspirant longuement. Il lève les mains, puis les laisse retomber sur ses jambes. « Okay. » Il plisse les yeux, comme s’il avait de la difficulté à lire quelque chose, puis se passe la langue sur les lèvres avant de commencer.

« You know how, a while back, you said, uh, that people maybe didn’t lie to me – or didn’t mean to – but were just… afraid? » Il regarde le prêtre, pour s’assurer qu’il sait à quoi il fait référence. Il frotte inconsciemment ses mains sur son jean avant de continuer, baissant les yeux au sol. « I reckon’ you’re right. They were afraid and… » Il lève les yeux au plafond. « And I think they were afraid of me. » Il ramène ses yeux noisettes sur l’autre homme, comme s’il cherchait une réaction, mais il ne laisse pas le temps pour une intervention, poursuivant aussitôt.

« I come from a… tough town. My mom calls it unholy. And when she saw what I could do, she really thought that it was the Lord’s doing. » Il agite une main vaguement vers le ciel avant de la ramener sur sa cuisse. Il fronce les sourcils. « I guess she’s right. Or… » Il penche le tête de côté. « Maybe. I don’t know. » Sa bouche est sèche. Il se passe la langue sur les lèvres de nouveaux et redresse la tête, poursuivant sa tirade. « I reckon she thought she had to protect me – or, rather, my… ‘holiness’ – and I think they were afraid that.. their own virtue or… their immortal soul might be affected if I strayed or even, maybe the Lord might be angry with them if… » Il hausse les épaules. « They were just normal folks stuck with something they thought was above their comprehension and I imagine they did their best. And I can’t be angry at them for doing so.»

Il regarde ses mains. Il a beau dire cela et comprendre son propre raisonnement, ses poings sont serrés et ses bras sont rigides. Il force sa mâchoire à se détendre et déglutit avec difficulté avant de tourner la tête vers le prêtre. Il le regarde en silence un instant, comme fatigué d'avoir autant parlé.

« What do you think of the children here, Father? »  
Voir le profil de l'utilisateur
Human
avatar


Faceclaim : ewan mcgregor
Crédit : bat'phanie (signa) & crack (ava)
Messages : 49
Occupation : prêtre/comptable du sancti

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   Dim 12 Aoû - 10:54


 


visions of gideon

Ils regardent le reste de l’épisode dans un silence incertain. La conversation est terminée, mais Francis a l’impression que Dylan voulait en dire plus. Celui-ci semble processer quelque chose de son côté. Si bien que lorsque l’épisode se termine, le prêtre est à demi-surpris d’entendre le jeune homme lui demander s’ils pouvaient parler avant d’en faire jouer un autre. Tout de suite, il appuie sur le bouton pause de la télécommande, il ne s’attendait pas nécessairement à ce que Dylan veuille en écouter un deuxième nécessairement. « Sure », assure-t-il en posant d’abord la télécommande sur la table avant de pivoter légèrement pour faire face au Nephilim sans devoir tourner la tête, ses mains jointes sur ses genoux.

Ce que Dylan veut dire semble lui prendre une énergie considérable, juste pour l’énoncer simplement. Il fait alors référence à une conversation précédente, celle qu’ils avaient échangé après une messe il y a de cela plusieurs jours. De toute évidence, le jeune homme a continué d’y réfléchir depuis. Francis hoche la tête pour lui indiquer qu’il sait de quoi il est question. Il fronce les sourcils en l’entendant conclure que les gens dont il parlait étaient en fait effrayés par lui. Ce n’était pas vraiment ce que Francis voulait qu’il comprenne lorsqu’il lui avait dit une telle chose, c’était d’abord pour l’assurer que ces gens avaient peut-être des intentions nobles derrière leurs agissements nuisibles. Il ouvre la bouche pour rétorquer qu’il n’a pas compris, et que ce n’était pas de sa faute, mais il se retient une fois de plus, décidant de le laisser aller au bout de sa pensée avant de l’interrompre. Celui-ci n’a, de toute évidence pas fini ce qu’il voulait dire. Il raconte qu’il vient d’un endroit peu recommandable. Il se demande une fois de plus de quel endroit il s’agit. Cette information liée à l’accent très reconnaissable du jeune homme ravive cette interrogation. Il penche un peu la tête sur le côté, ayant un peu de difficulté à comprendre où il voulait en venir. À mesure que Dylan en ajoute, il se détend, saisissant finalement le fil de sa pensée, la pression immense que sa mère devait ressentir à “protéger” son fils de tout ce qui l’entourait, sous peine d’être punie, prisonnière de ce qu’elle croyait être la volonté céleste, si une telle volonté pouvait seulement être décryptée. Il n’a aucune idée des conditions dans lesquelles cette famille vivait, mais ça n’a pas dû être facile, de ce qu’il entend. Mais il ne sait pas non plus ce que Dylan a subi de la part de ces gens. Peut-être que cette peur explique leurs agissements, mais il n’en sait pas assez pour affirmer qu’elle les excuse. De toute façon, ce n’est pas son rôle de juger ainsi. La conclusion à laquelle Dylan est arrivé par lui-même est clairement réfléchie et mature.

Avant qu’il ne puisse lui partager cet avis, Dylan lui pose une nouvelle question, à l’allure innocente, mais qui doit être bien loin de cela. Le prêtre reste interdit un moment avant de comprendre qu’il fait référence aux autres Nephilims du Sancti. Voyant que son silence pourrait mettre son interlocuteur mal à l’aise, il tente, trop tôt pour avoir achevé sa réponse: « Oh, I… I don’t know really. » Ce n’est clairement pas ce à quoi doit s’attendre Dylan, habitué à des explications plus claires. Francis se rend compte qu’il n’y a guère songé auparavant, ce qu’il pensait des Nephilims. Il devra penser à voix haute alors, en espérant ne pas choquer le jeune homme par ses propos. Il prend une inspiration et recommence: « At first, when I took this job, I thought they were fascinating, they seemed like they came from a whole new world I didn’t know. » Il se rappelle d’avoir eu une fascination extrême pour les Nephilims, qui persiste encore à ce jour. Mais il avait dû freiner ses ardeurs lorsqu’il s’était rendu compte que cette fascination, amplifiée par les pouvoirs de ces êtres, l’amenait à les traiter comme des sujets d’études, des objets même. Il avait dû faire un examen de conscience dans sa première année de service, s’étant donné le choix de changer ou de trouver un nouvel emploi. Il espère s’être amélioré depuis. Il ajoute donc: « But then, I realized I didn’t know any of them, as a person. It’s not like I have lots of contact with them through accounting, but... I realized that, even if I heard about some of them through others, I didn’t know them. Knowing that, I realized that they were more like me that I believed. » Ce qu’il dit reste dans le registre de l’abstrait, il se garde d’ajouter que, depuis trois ans, Dylan est probablement le premier Nephilim avec qui il a plus d’une ou deux conversations furtives dans un couloir. Il n’est pas particulièrement une référence pour eux. Il conclut sa réponse en restant toujours dans cette abstraction sécuritaire: « I guess I decided to stop taking myself so seriously, thinking about divine will and all, to concentrate on helping them as people, as I would do with anyone coming to church. » Il n’y a aucun mensonge dans ce qu’il vient de dire, mais il ne serait pas faux d’affirmer qu’il a arrangé ce qu’il voulait dire pour rassurer les craintes que Dylan semble présenter sur son opinion de lui. Il ne voudrait pas qu’il pense qu’il le considère comme une chose curieuse ou un objet d’étude, ce n’est clairement pas la relation qu’ils entretiennent.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________
take this longing
many men have loved the bells. you fastened to the rein, and everyone who wanted you, they found what they will always want again. your beauty lost to you yourself, just as it was lost to them  ▬ whatever useless things these hands have done. let me see your beauty broken down, like you would do for one you love.


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: visions of gideon ✜ ft. dylan castillo   

visions of gideon ✜ ft. dylan castillo
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prévisions pour l'hiver!
» Révisions intensives [Léa ^^]
» Prévisions second tour
» (M/LIBRE) DYLAN O'BRIEN
» (m) Dylan o' brien - Le petit ami- libre et Négo'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum